Fleur Pellerin veut “financer des start-up avec une technologie de rupture”